Commune

Les sentiers de la commune

UN AUTRE VISAGE DE MONTAGNOLE : « LES SENTIERS DE RANDONNÉES »

Avec la réouverture du chemin du Pas au chemin du Puisat, par le chemin du Mapas, s’achève la campagne de rénova- tion des chemins de randonnée de notre commune.

Ainsi, c’est quelques 50 km de sentiers balisés, magnifiquement réhabilités, qui sont désormais à la disposition des promeneurs, comme des cavaliers. Pour la tranquillité et la sécurité de tous, les véhicules à moteur de tout type sont ce- pendant interdits, sauf les engins agri- coles pour les besoins de la profession.

Ces travaux ont été réalisés sous la maî- trise d’ouvrage de la commune, la maî- trise d’œuvre de L’ONF avec la présence sur le terrain de M. Supper et la partici- pation financière de Grand Chambéry.

Tous nos remerciements à Christiane Marechal, notre Conseillère Municipale pour son implication dans ce dossier, commencés en 2014 et qui était d’une complexité certaine, du fait, notam- ment des terrains agricoles qui longent ces chemins et dont les exploitants ont été facilitateurs dans la réalisation de cette si belle opération.

Histoire de Montagnole

Remontons le temps à Montagnole

Située à 5 kilomètres de Chambéry, la commune de Montagnole est adossée au massif de la Chartreuse. D’une superficie de 1130 hectares, elle s’étend au pied de la pointe de la Gorgeat, de 400 à 1485 mètres d’altitude. Elle fait partie des six communes du canton de Cognin, avec Jacob-Bellecombette, Saint-Cassin, Vimines et Saint-Sulpice.

Les premières traces d’habitation à Montagnole remontent à l’époque gallo-romaine (découverte de vases, de cruches, de pièces de monnaie … ). La première église fut construite sur un ancien temple, la maison de Maistre sur les fondations d’une villa gallo-romaine.

Montagnole existait dès l’an 1100 dans le cartulaire de Grenoble, sous le nom de Montaniola ou encore de Montaigniola (petite montagne).

Après l’effondrement d’une partie du Mont « Granier » le 24 novembre 1248, qui fit disparaître le village de Saint-André, le siège du décanat de Savoie (un des quatre districts du Diocèse de Grenoble) fut implanté à Montagnole, où s’installa le doyen Jean d’Ambléon. Montagnole est longtemps restée la première paroisse du décanat, avec le droit, pour son curé, délégué par l’archiprêtre, d’aller lui-même à la cathédrale de Grenoble chercher les saintes huiles et de les distribuer aux autres paroisses de la région.

Du XIVème au XVIIIème siècle, le « fief de Montagnole » appartint successivement à plusieurs familles de seigneurs, résidant au château de Villeneuve (à Cognin), dont Humbert de Seyssel, le seigneur de Villeneuve, les Clermont Mont-Saint-Jean, plusieurs générations de seigneurs de Lescheraine (famille Chabod), puis à la famille Bruyset et à la famille Regard, comtes de Villeneuve et seigneurs de Montagnole et de Bellecombette.

Charles Emmanuel III, roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie, abolit les droits féodaux en 1771, mais Montagnole ne fut affranchie qu’en 1784.

La Savoie fut annexée à la France de 1792 à 1815 (traité de Vienne), annexion pour laquelle le maire de Montagnole, Jean-Claude Têtu, montra une certaine antipathie. 

Vue de Montagnole
Vue de Montagnole

L’église Saint-André fut construite en 1851, sur l’ancien cimetière, à côté de l’ancienne église, datant du XVème siècle et en ruine (le culte avait lieu dans un hangar). Cette dernière, réhabilitée, deviendra un logement pour le curé, puis mairie et école jusqu’à la construction de l’actuelle mairie vers 1880.

Jusqu’au début du XXème siècle, les Montagnolais vivaient principalement de l’agriculture (cultures puis surtout pâturages). En 1872, l’usine à ciment de M. Chiron s’installa à Montagnole. Mais il fallut attendre 1901 pour recenser 3 ouvriers (322 agriculteurs). En 1936, il y en avait 78 (163 agriculteurs), et 100 en 1962 (47 agriculteurs).

Au 1er janvier 2011, les Montagnolais et  Montagnolaises sont 785, répartis sur une quarantaine de hameaux.

LES HABITANTS DE MONTAGNOLE

1562: 178
1687: 130
1729: 140
1776: 292
1801: 518
1806: 491
1822: 675
1836: 720
1838: 804
1848: 912
1858: 754
1861: 733
1866: 774
1872: 779
1876: 794
1881: 734
1886: 702
1891: 646
1901: 604
1906: 576
1911: 580
1921: 466
1926: 532
1931: 545
1936: 538
1946: 471
1954: 492
1962: 406
1968: 347
1976: 462
1980: 598
1990: 658
1999: 669
2004: 713
2008: 785